La jungle du paiement mobile, comment s’y retrouver ?

Depuis 2015 et le lancement d’Orange Cash, on voit apparaître en France une multitude d’acteurs proposant des solutions de paiement de proximité via smartphone. Les géants américains lancent leurs solutions, les banques françaises ripostent, les fintechs innovent. Mais comment s’y retrouver et quelle solution choisir ? Petit tour d’horizon de la jungle du paiement mobile.
 
Alors que le paiement par carte bancaire reste le moyen de paiement le plus utilisé en France,le paiement mobile continue de progresser, notamment chez les jeunes. Selon une étude de GfK, 43% des jeunes de 18-24 ans souhaiteraient utiliser d’avantage leur mobile pour régler leurs achats alors qu’un sur cinq d’entre eux l’a déjà fait au cours du dernier mois. Depuis la démocratisation des terminaux de paiement commerçant compatibles avec le sans contact (technologie NFC) et l’omniprésence des smartphones dans notre vie quotidienne, il y a fort à parier que nos téléphones risquent de progressivement remplacer nos portefeuilles.
 

Google Apple et Samsung, la bataille des géants

Premier géant à se lancer dans la danse en juillet 2016, Apple Pay fait aujourd’hui figure de pionnier dans le paiement mobile. Pour le configurer, la firme de Cupertino reste fidèle à elle-même : un parcours ultra-simplifié depuis l’application Wallet. Celle-ci est d’ailleurs intégrée nativement sur tous les nouveaux iPhones, iPad et Apple Watch. Prenez en photo votre carte bleue, et celle-ci se dématérialise automatiquement. Ne reste plus qu’à appuyer deux fois sur le bouton central ou power de votre téléphone pour afficher votre carte, valider avec votre empreinte ou visage et posez votre téléphone sur le TPE d’un commerçant acceptant le sans contact. Seulement voilà, pour que votre carte soit reconnue, encore faut-il que votre banque soit compatible Apple Pay. Et certaines d’entres-elle continuent de rechigner à se plier aux exigences d’Apple.

Banques compatibles Apple Pay : Boursorama, N26, Fortuneo, Orange Bank, Banque Populaire, Caisse d’Epargne, Société Générale

Si vous n’êtes pas possesseur d’un iPhone et préférez Android, deux solutions s’offrent à vous. Sur un fonctionnement très similaire à celui d’Apple, Samsung propose son service de paiement appelé Samsung Pay. Disponible à partir des Samsung A5 et S7, téléchargez l’application sur le Google Store ou le Galaxy App, ajoutez votre carte et le tour est joué. A noter que Samsung se démarque d’Apple en permettant de payer sur un terminal non compatible sans contact, grâce à sa technologie MST (Magnetic Secure Transmission). Votre téléphone Samsung peut en effet créer un champ magnétique qui simule le glissement d’une carte dans un TPE. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester cette innovation car aujourd’hui, du moins à Paris, de très nombreux terminaux de commerçant sont compatibles NFC.

Banques compatibles Samsung Pay : Banque de Savoie, Banque Populaire, Boursorama, Caisse d’Epargne, Crédit Agricole, Fortuneo

Enfin, depuis décembre 2018 en France, Google et sa solution Google Pay (décidemment, le nom n’est pas la principale innovation) est le dernier géant à se lancer dans le paiement mobile. Là encore, il vous faut vérifier que votre banque est compatible. Et c’est là qu’est l’os concernant Google : aujourd’hui aucun grand nom bancaire ne figure sur la liste. Seules les cartes Mastercard de Revolut, N26, Fortuneo ou Boursorama vous permettent d’utiliser Google Pay. Cela étant, le géant américain annonce un bouquet de service plus large que ses concurrents. Compatibilité avec Paypal, possibilité d’ajouter ses cartes de fidélités et billets d’avion, service de virement entre amis et bien sûr lien direct sur toutes les plates-formes Google. Autre avantage, l’utilisation de Google Pay se faisant sur une application à part entière et non intégrée nativement à un téléphone (à la différence d’Apple et Samsung Pay), ce service sera compatible aussi bien sur iOS que sur Android.
 

De Paylib, la solution des banques françaises aux innovations des fintech

Si vous ne faites pas confiance aux géants américains ou coréens pour faire transiter vos données bancaires, il vous reste la possibilité de vous tourner vers Paylib. Imaginé par les grandes banques françaises, Paylib est intégré directement à votre application bancaire et vous propose de régler vos achats sur Internet, en magasin ou de procéder à des virements entre amis. Il suffit alors de configurer votre compte Paylib sur l’application de paiement de votre banque qui s’occupe ensuite de toutes les transactions directement depuis leur SI bancaire. Si vous faites confiance à votre banque pour sécuriser vos transactions, alors vous pouvez faire confiance à Paylib. En revanche, force est de constater que cette solution présente quelques limites. Le paiement en magasin n’est disponible que sur Android, Apple réservant cette technologie à son propre service Apple Pay. Concernant le paiement sur Internet, seul un nombre restreint de sites proposent le paiement via Paylib.

Il est à noter enfin que plusieurs solutions innovantes de Fintech essayent de se faire une place dans le monde du paiement mobile. Lyf Pay par exemple, propose de générer un QR code unique à chaque transaction que le commerçant n’a plus qu’à scanner au moment du paiement. Souvent présent lors événements éphémères comme les festivals de musique, cette solution reste peu développée. Autre alternative si votre banque n’est pas compatible avec les Samsung Apple ou Google pay, la carte MAX, lancée par Arkea, propose de vous envoyer gratuitement une nouvelle carte bancaire, qui elle, est compatible. Sur l’application, il ne vous reste plus qu’à la rattacher à une ou plusieurs de vos cartes bancaires pour profiter de tous ces services.

Nous le voyons donc, le paiement mobile est aujourd’hui en pleine structuration. Les géants américains (et coréens) sont arrivés, ou arrivent prochainement (je pense à Facebook et son système de paiement intégré à Messenger) et la pratique entre dans les habitudes des français. Difficile pour les petites initiatives de résister à ce raz-de-marée, à l’image d’Orange Cash que la firme française a décidé d’arrêter en novembre 2019 après 4 ans d’existence. Reste à savoir quel géant sortira grand vainqueur de la jungle du paiement mobile.