En bref : c’est quoi l’esport ?

La Chine a reconnu le 31 janvier dernier quinze nouveaux métiers liés à l’esport. De plus en plus populaire, l’audience de cette pratique rattrape celle de nombreux sports traditionnels. Le sujet est devenu à la mode dans les média. Mais au fait, qu’est-ce que l’esport ?
 

Freddie Mercu-geek

L’esport, ce sont des compétitions de jeux électroniques. Jusque-là tout va bien. Il est d’ailleurs probable que vous-même soyez en quelque sorte un esportif ! Qui n’a jamais essayé de battre un record à Tetris ou d’arriver premier à Mario Kart ? Seulement voilà, avec l’arrivée de plateformes de diffusion en direct sur Internet comme Twitch ou Youtube, le petit loisir de salon s’est rapidement transformé en une communauté immense et mondiale de 454 millions de fans.

Aujourd’hui, seuls quelques licences peuvent se targuer d’avoir développé une communauté esport. Certains jeux de combat par exemple, de stratégie, de sport ou de tir en font partie. Pourquoi ? Car leur gameplay demande du « skill », entendez du talent et de la rapidité d’exécution. Les joueurs professionnels ont une acuité visuelle semblable à celle d’un pilote de chasse. Ils sont amenés à réaliser plus de 250 actions par minute (clic sur la souris ou sur une touche de clavier). Et ce pendant près d’une demi-heure !

Les meilleurs joueurs sont aujourd’hui de véritables rockstars dans leur pays, à l’image de Nadeshot, joueur pro américain du haut de ses 2,47 millions de followers sur Twitter (Kylian Mbappé pointe à 2,43 millions). Certaines chaines de télévision sont spécialisées dans la diffusion de contenu esport, comme ES1 en France, lancée en 2018. En Corée-du-Sud, l’esport est considéré comme sport national au même titre que le Taekwondo.
 

De l’importance de l’orthographe

Pour capter cette masse de joueurs et de spectateurs, le milieu s’est organisé et professionnalisé. Des éditeurs de jeu, entreprises ou associations ont mis sur pied de véritables circuits de compétitions pour chaque jeu. Ils se déroulent région par région (Europe, USA, Corée-du-Sud) à la manière d’un championnat de foot. Des coupes mondiales sont organisées chaque année dont les finales occupent des stades de 80 000 personnes. Des diffuseurs officiels sur Internet se partagent les droits de retransmission pour les 22 millions de spectateurs, des sites d’analyse et de statistiques fleurissent sur Internet.

Fort de ce succès, les fans d’esport ont peur que leur hobby se voit dénaturé par une croissance trop rapide. Aussi, un conseil d’ami si vous souhaitez montrer que vous maîtrisez votre sujet : la façon d’employer le mot « esport ». Si vous parlez « du esport » c’est que vous n’y connaissez rien ; si vous parlez « d’esport », vous êtes un pro-gamer. C’est pour cela que les personnalités qui gravitent dans le milieu aiment parler de leur discipline en la nommant « du le du esport ». Pour se moquer, affectueusement bien sûr. Et oui, comme souvent le vocabulaire est la première étape pour appréhender une discipline !

Sur le même thème, je vous propose Esport : le nouvel Eldorado des marques ?